Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

En 2021, malgré les difficultés rencontrées en regard à la pandémie toujours aussi pesante, le MakerSpace NegPos et son équipe sont restés sur le pont, actifs et entreprenants. Le lieu a fonctionné comme à son habitude, durant les périodes scolaires, tous les jours du lundi au vendredi de 16h30 à 19h et les mercredi et samedi de 14h à 18h. Ces deux derniers jours étant consacrés à des ateliers d'initiation à la 3D et à la photographie et à leurs dérivés. Hors périodes scolaires, ces activités sont amplifiées par la mise en place d'ateliers quotidiens et de sorties accompagnées par des intervenants professionnels chevronnés.

Comme vous pourrez le découvrir si vous nous rendez visite, ou comme vous le savez déjà, le MakerSpace NEGPOS situé au 34, promenade Newton, à Valdegour (ZUP Nord de Nîmes) est un lieu équipé de trois laboratoires formant une chaine technologique allant de la photographie argentique à la 3D en passant par la post-production numérique. Il comprend aussi un espace d'exposition où sont présentées des travaux d'artistes nationaux et internationaux. Cet espace de proximité dédié à l'expérimentation et à la création a pu construire en quelques années depuis 2018, une dynamique forte centrée autour de la pratique photographique et de nouvelles technologies utilisant la 3D.
Fréquenté par les enfants (garçons et filles de 9-16 ans) de la barre Newton (Valdegour), de Pissevin et de la ville de Vauvert, le lieu a ainsi proposé durant toute l'année 2021 des ateliers de découvertes autour de ces pratiques.  

L'équipe :
Fabien Dupoux, intervenant photographie argentique et numérique.
Gauthier Quercia, intervenant 3D.
Patrice Loubon, coordinateur salarié, intervenant photographie. 
Fabrice Tosatti, animateur-médiateur salarié, PEC.
Service civique, stagiaires, assistants : Imane Shimi, Juliette et Chaïma.

CITÉ ÉDUCATIVE & QUARTIERS D'ÉTÉ

Les ateliers de juillet  
Nos ateliers ont totalisé en juillet la participation de 38 enfants et jeunes des quartiers de Pissevin et Valdegour. Les ateliers du lundi au vendredi après-midi sont toujours principalement dédiés à l'accueil des enfants et jeunes de la barre Newton qui viennent pratiquer et expérimenter la photographie argentique et numérique, le studio photo ainsi que l'impression 3D. Ces ateliers reçoivent quotidiennement la visite d'une quinzaine de participants qui vont et viennent dans le lieu pratiquant à leur convenance et en fonction d'un programme établi par les animateurs du lieu, des expériences leur permettant de découvrir et de se familiariser avec ces outils de productions et de créations plastiques.  

Nouveauté cette année, des sorties à vocation d'éducation culturelle et artistique (22/07 et 28/07), avec des visites d'expositions de photographies à Nîmes (galerie NEGPOS FOTOLOFT, Halle aux bestiaux de l'ancien Marché Gare), durant les Rencontres d'Arles, des participations à des ateliers (Danse et dessin, Photographie et dessin) au Némausus (Route d'Arles, Nîmes). Elles ont concernées 10 enfants de 9 à 13 ans et mobilisées un professionnel et une jeune en service civique.

Un atelier s'est aussi initié le mardi après-midi 27/07 avec l'association Fil d'Or. Il a rassemblé une dizaine de participantes (femmes au delà de 40 ans). A partir de la recherche développée depuis 2005 par Patrice Loubon autour de la relation de la photographie à l'image recomposée par le fil, l'atelier associe art, fil et images sur un mode inattendu et créatif. Des séances commentées proposent aux femmes de l'association Fil d'or la découverte d'oeuvres d'art qui toutes ont cette particularité d'utiliser le fil et la couture.  Avec le Centre de loisirs associatif « Les Milles couleurs » nous avons organisé  le 22/07 une visite de la galerie NEGPOS FOTOLOFT rassemblant un groupe de 6 de 11-14 ans autour d'une rencontre interview radio "métier de l'image" et visite des expositions de la programmation « Les Villes Invisibles ».  

Les ateliers d'août  
Durant le mois d'août le MakerSpace de NEGPOS a été encore plus actif et a accueilli un public d'enfants et d'adolescents de 9 à 16 ans. Tout d'abord avec le Centre de loisirs associatif « Les Milles couleurs » qui a amené des groupes d'ados (3 fois) et d'enfants (3 fois). Les travaux réalisés avec l'association ont été exposés à l'occasion de la journée portée ouverte de « Les Milles couleurs ». Les jeunes du quartier de Valdegour ont pu participer durant les vacances scolaires aux ateliers de photographie de l'association NEGPOS.  Le lieu a été fréquenté par plus de 40 enfants entre 9 et 16 ans.  Les thématiques abordées ont été :  

- Construire un portfolio pour raconter une histoire (à travers la fable « du géant et le nain »). Un travail sur la narration et l'articulation des images entre elles a été effectué avec les enfants. Le thème imposé a obligé les enfants à penser en terme de distance et de perspective lors de la prise de vues et de l'édition elle-même.

- Découvrir le laboratoire photographique avec le photogramme. Les enfants ont travaillé sur la composition sur une zone de travail (au format) avec la disposition de différents objets plus ou moins transparents (et de formes différentes) avant de la reproduire dans l'obscurité du laboratoire directement sur le papier photographique. Le but de cet exercice et de travailler avec la créativité des enfants et de leur faire découvrir la formation d'un négatif ainsi que « la magie » du papier qui se révèle dans la chimie. Le photogramme a très bien fonctionné avec les publics les plus jeunes et on a pu le complexifier en y rajoutant des productions manuelles des enfants (découpages revus de photos et de formes plus personnelles).

- Découvrir le studio photo et le « fond vert ». En fonction d'un choix de contexte, il s'agissait de réaliser une prise de vues « intelligente » permettant de supprimer le fond. Tous les enfants ont été tour à tour, modèle (afin de garder un souvenir original de la découverte du studio), et photographe (afin de réfléchir sur la prise de vue en studio). Sur l'écran de l'ordinateur les enfants ont aussi participé à la construction de l'image studio par des initiatives créatives.

- Découvrir le reportage à travers le « portrait chinois ». Les enfants sont amenés à chercher dans leur environnement des informations qu'ils vont pouvoir conceptualiser afin de communiquer avec les images. Le portrait chinois permet de travail sur des choses concrètes faciles à mettre en images « je suis une couleur », « je suis la nature », « je suis un sport », « je suis un animal » etc...) mais aussi sur des concepts plus abstraits (« je suis une émotion »...). Cet exercice de reportage plait aux enfants, mais il est ressorti que dans leur environnement proche (leur quartier) il manquait un peu de motivation et avait quelques difficultés à « redécouvrir leur quartier».

- Réaliser un rallye photo a permis de recréer les conditions d'un reportage dans un environnement nouveau. Dans cette optique une sortie a été organisée à Uzes (jardin médiéval) et à la rivière (à Collias). Les enfants et jeunes adolescents sont très motivés par la compétition. Le dispositif les a motivé pour qu'ils cherchent dans leur environnement des informations illustrant des « énigmes » : « je vole mais ne suis pas un voleur », « j'aimerais te voir mais dans un miroir », « je suis difficile à faire bouger, presque enraciné », etc... Le rallye photo a bien fonctionné et les enfants ont parfois même trouvé une dimension symbolique dans la réalité et/ou la prise de vues. Les images produites sont parfois très intéressantes. Les gagnants du concept ont gagné une glace offerte par un glacier artisanal du centre-ville de Nîmes.

- A Valdegour les enfants ont eu l'occasion de prendre librement leur propre quartier en photo et de nous en livrer une vision personnelle. La photographie née parfois d'une pulsion inconsciente qu'il faut laisser s'exprimer. L'analyse des images prend après coup une dimension quasi psychanalytique.

Cette année, comme dit précédemment, l'association NEGPOS a donc proposé un grand nombre de sorties pour faire découvrir différentes expositions photographiques aux enfants.

Afin de créer un lien fort entre les enfants et la « photographie d'auteur» des rencontres et lectures de portfolio ont permis aux enfants de découvrir différents univers artistiques racontés par les artistes eux-mêmes. Ainsi une deuxième sortie à Arles (le 11/08) a permis aux enfants de rencontrer Jean-Christian Bourcart à la Fondation Manuel Rivera Ortiz et au sein même du Makerspace avec le professionnel intervenant en août Fabien Dupoux.  


 

NEGPOS présente :

FORTUNES un atelier de Nicolas HAVETTE
en partenariat avec la Maison de Quartier de la Route d'Arles 

 

Atelier de création collective réalisé du 19 au 23 juin 2021
à la maison de quartier Nîmes / Nemausus
Près de 40 personnes ont participé aux dessins et aux prises de vue photo.

FORTUNES c’est parce qu’on a toujours voulu dessiner sur les murs

FORTUNES c’est la poésie qui fait un pas de deux avec la photographie

FORTUNES ce sont nos arrangements inconscients, nos rêves organiques

FORTUNES ce sont les mots qui invitent le dessin et les lignes qui se carapatent avec leurs sens

FORTUNES c’est du dessin, de la photographie, de la performance, ou… rien

du tout... ou encore tout ce que vous voulez…

FORTUNES c’est nous, ce sont nos histoires croisées, nos mémoires étoilée

C’est à travers une forme hybride à la croisée de la performance, de la photographie et du dessin que Nicolas Havette réalise son travail intitulé FORTUNES, en hommage à Robert Desnos :« si j’arrive à avoir la même liberté avec les images que Desnos en a eu avec les mots alors j’aurais réussi à créer un langage (f)utile ». Adepte de l’irréalisme, mouvement en cours qui reste entièrement à définir, Nicolas Havette réalise un travail de construction et d’exploration d’un nouveau système de perspective. Après la perspective euclidienne, persane, ou encore cavalière, en adéquation avec les forces en action depuis le début du XXIe siècle, il met en place une perspective participative, que les lumières n’auraient finalement pas renié… Nicolas Havette réalise en quelque sorte un travail d’anthropologue à travers la création d’une oeuvre plastique collective et participative. Il amène à créer des représentations complexes de territoires vus et dessinés par ses propres habitants. Ce qu’il appelle, en opposition à la perspective euclidienne, largement dominante dans la photographie et la représentation du monde anthropocentrique, la perspectives participative. Pour cela, au sein de la population qui habite autour de son atelier, ou lieu de résidence, il crée des groupes de travail hétérogènes, faisant se rencontrer les différentes générations et différents milieux sociaux lors de séances de dessin collectives. Le temps de la réalisation d’une fresque, les participants apportent leurs images faites pour l’occasion ou bien collectées dans leurs archives, albums de famille, téléphones portables, ou encore dans les archives municipales et autres collections officielles locales…Les images sont ensuite projetées à l’aide d’un vidéo projecteur sur les murs de l’espace préalablement peint en noir (ce qui n’est pas sans rappeler l’idée du tableau noir, de l’exercice, de l’apprentissage d’un langage, voir des dessins lacustres). Là, tout en dessinant les images projetées, à l’aide de craie, de pastel ou de Posca, les participants partagent leurs points de vue, leurs expériences, leurs paroles, leurs parcours. Tout au long du processus, l’artiste et les participants prennent en photo ce qui est en train de se dérouler sous leurs yeux. Lorsque le mur est saturé, une partie du dessin est effacée afin de pouvoir continuer la fresque. Seuls restent les souvenirs des moments passés ensemble et les photographies prises pendant la réalisation de la fresque. 

Biographie de l’artiste :
Nicolas Havette (né en 1980) est diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles (2006). Il a été directeur de la galerie le Magasin de Jouets de 2011 à 2018, directeur artistique de la Fondation Manuel Rivera-Ortiz à Arles de 2015 à 2020, directeur artistique exécutif de la biennale «Chinese International Photography and Art Festival» à Zhengzhou en 2016 et 2018, commissaire associé du premier festival de photography de Taïnan, Taïwan, co-commissaire de l’exposition « Manger à l’Oeil » au MUCEM. Il a été co-directeur artistique du festival Les Nuits Photographiques à Paris de 2011 à 2015. Il collabore régulièrement depuis plusieurs années en tant que maître de stage avec les Rencontres d’Arles et la plateforme Oeildeep. Depuis 2016, Nicolas Havette a réalisé des expériences de FORTUNES : en résidence au Soulangh Artist Village à Tainan (Taiwan) au CKS Memorial à Taipei (Taiwan) à l’invitation de l’Ambassade de France à la VT gallery (Taipei), au Shengda Museum à Zhengzhou (province du Henan, Chine), à la Galerie MADE dans un exercice à 4 mains avec Jean Christian Bourcart (St Germain, Paris), à LABOTTEGA LAB gallery (Toscane, Italie), au State Museum de George Town (Penang, Malaisie) dans le cadre d’une résidence d’échange entre la galerie Huit Arles, la ville d’Arles, l’état de Penang et l’Ambassade de France en Malaisie, au Mas de la Chapelle (Arles), au Palacio Belmonte à Lisbonne, au festival BZH Photo à Loguivy de la mer, à la galerie HASY au Pouliguen (Bretagne) en résidence de création. Il est actuellement en résidence à Zone Sensible (Saint-Denis 93)et participe au programme « rouvrir le monde » avec la DRAC PACA et les Rencontres d’Arles au cours d’un FORTUNES réalisé en collaboration avec les compagnons d’Emmaus.